Twitter, le réseau social préféré des experts de l’info

Twitter, le réseau social préféré des experts de l’info

A l’heure où le recours à l’information devient aussi simple qu’un clic sur un smartphone, un ordinateur ou une tablette, le nombre de réseaux sociaux spécialisés ne cesse de croître pour attirer le plus nombre d’internautes.

Si Facebook a certes le plus grand nombre d’utilisateurs, il est loin d’être le réseau qui intéresse les professionnels de l’infos et les internautes à la recherche d’actualités en temps réel.

Facebook jouit sans aucun doute d’une audience sans pareille. Plusieurs centaines de millions d’utilisateurs s’y connectent chaque jour pour de multiples raisons : actualités, nouveautés, promotions, interactions…

Quel usage professionnel pour Twitter ? 

Toutefois, Twitter reste le réseau social professionnel singulier et efficace qui réunit les experts de tous les domaines et ceux qui sont à la recherche d’instantanéité et de crédibilité.

Ce qui fait de twitter le réseau social le pus professionnel après LinkedIn c’est la forte présence des personnes influentes et des pros de l’infos sur cet espace d’échange et de partage.

D’après une récente étude, les comptes twitter attirant le plus d’internautes en France appartiennent à des hommes politiques et à des journalistes aux audiences incontournables.

Twitter, un nouveau canal de communication pour les journalistes 

Les exemples sont nombreux, Cyril Hanouna avec 4,74M d’abonnés, Jean-Marc Morandini avec 912 K de followers, la journaliste de LCI Audrey Crespo-Mara avec près de 20 milles abonnés…

Selon l’animatrice phare de LCI et l’épouse de Thierry Ardisson : « Twitter est un réseau social unique, une plateforme collaborative d’informations, qui nous permet à la fois de suivre en témoins réel les actualités et d’être témoins des sujets très variés, pas seulement liés à la sphère professionnelle. »

Différent aux autres réseaux sociaux, Twitter est en effet un réseau professionnel qui nous offre cette possibilité d’animer le fil d’actualités dans une dynamique professionnelle et un état d’esprit que nous jugeons convivial.

Pourquoi opter pour Twitter ? 

Son instantanéité et le format court de ses messages publiés font de twitter le réseau préféré des français et le canal de communication le plus utilisé par les journalistes quels que soient leurs spécialités et leurs intérêts.

En effet, Twitter nous permet de nous tenir informé en temps réel de l’actualité internationale sur différents thèmes et sujets. Cette plate-forme nous communique les dernières tendances culturelles, phénomènes sociaux, sondages d’opinions, résultats des élections… et nous transporte d’un lieu à un autre sans le moindre effort.

 

 

 

 

 

 

 

 

Read More

Présidentielle : Mélenchon en flèche, Macron résiste, Le Pen persiste, Fillon décroche

Présidentielle : Mélenchon en flèche, Macron résiste, Le Pen persiste, Fillon décroche

C’est aujourd’hui le lancement officiel de la campagne électorale2017. Les 11 prétendants à l’Elysée n’ont plus qu’une quinzaine de jours pour convaincre.

A quinze jours de la date du premier tour des élections présidentielles 2017 c’est encore complétement flou pour les électeurs et les parti politiques.

Affaires judiciaires, votes utiles, Infos utiles, parrainages, abstention sondage fluctuant…tout est encore confus selon les experts de la politique et le grand public.

A présent, chaque seconde compte et chaque détail peut déterminer le sort des candidats et de toute la France.

Jean-Luc Mélenchon impressionne les jeunes 

Selon les plus récents sondages effectués, Jean-Luc Mélenchon passe désormais François Fillon le candidat du Partis Les Républicains à la présidentielle 2017 dans les intentions de vote.

En effet, grâce au grand débat télévisé effectué lundi dernier sur la BFM-TV, le candidat du Parti Socialiste et l’ex conseiller municipal de Massy a su récupérer manifestement une partie de l’électorat de Benoît Hamon.

On trouve en grande partie les jeunes qui sont touchés par sa grande facilité de parole et sa souplesse lors du débat.

Macron et Le Pen toujours au coude à coude, Fillon résiste 

Et pendant ce temps-là, François Fillon s’est engagé à mobiliser ses troupes à Paris et à faire face à l’incidence de la farine à Strasbourg.

En effet, le représentant des Républicains à la présidentielle n’a que 15 jours pour « forcer le destin » et regagner la confiance de ses supporters.

Le Figaro avait décrit sa réunion d’hier en présence de 25 milles personnes comme une preuve de force et de robustesse.

Quant à Emmanuel Macron, le candidat du parti En marche, il est encore au coude à coude avec Marine Le Pen du parti Front national d’après les derniers sondages.

 Marine Le Pen persiste dans l’irresponsabilité 

A propos de Marine Le Pen, elle a déclaré hier également que la « France n’était pas responsable de la rafle de Vél d’Hiv de 1942 au cours de laquelle 13 000 juifs avaient été arrêtés. » Une déclaration qui causé l’indignation selon La Libération qui voit en cette déclaration la fin de la campagne FN et qui cite notamment la réaction de la Sénatrice écologiste et la spécialiste de l’histoire du peuple juif Esther Benbassa : «Papa, l’homme du détail, doit être content», a tweeté la sénatrice EE-LV Esther Benbassa.

 

 

 

 

 

 

Read More

Elior Group mise sur la digitalisation de la restauration collective

Elior Group mise sur la digitalisation de la restauration collective

Avec le monde dans lequel nous vivons et les avancées technologiques que nous utilisons, le secteur de l’alimentation s’est mis au digital.

Une icône hors pair dans l’univers de le restauration collective, l’entreprise Elior Group a commencé à se digitaliser en lançant des applications mobiles et des programmes numériques.

« La cuisine classique telle que nous connaissons commence petit à petit à disparaitre et laisse naître un nouveau concept favorisant les plats tous prêts et les repas personnalisés. » Déclare Cyril Le responsable du développement et des affaires publiques en ajoutant qu’il existe des appartements à New-York sans cuisine.

« Des apparts conçus pour les gens qui ne souhaitent pas cuisiner et qui optent pour les repas à emporter. Ce type de changement comportements des consommateurs est le plus beau des symboles de la révolution qu’on est en train de vivre. ».

Où réside la digitalisation dans la stratégie d’Elior Group ?

Philipe Salle le PDG d’Elior Group nous parle du succès de cette filiale de renommée internationale et nous dévoile quelques secrets faisant sa prospérité.

Implanté principalement en France et intervenant sur 15 pays à travers le monde, le groupe de la restauration collective Elior présidé par et Philippe Salle souhaite se positionner sur les marchés anglo-saxons et faire profiter les convives américains de ses plats savoureux et de qualité.

Avec l’apparition des applications mobiles et des plateformes conçues pour les réservations des plats à emporter, le domaine de la foodtech est en plein essor. Les innovations digitales concernent principalement les repas du soir, mais le directeur du groupe Elior a exprimé son intérêt pour les plats servis à l’heure du déjeuner.

« Nous travaillons sur le sujet, nous avons même déjà investi dans des start-ups qui font ça, notamment parce que les grands groupes comme les nôtres ne savent pas répondre sur les petits sites, c’est-à-dire les sociétés de moins de 100 salariés. », a expliqué, Philippe Salle.

Leader de la livraison des repas aux clients américains âgés, la direction du groupe Elior cherche à élargir sa stratégie de digitalisation de la restauration collective. Pour atteindre cet objectif, la direction cherche à trouver et à développer les meilleures solutions possibles sur le secteur de la Foodtech. Selon Philippe Salle, le groupe atteindra la croissance espérée en adoptant son offre et ses outils de production à l’avancement technologique et digitale.

 

Read More

Peut-on devenir immortel grâce à la technologie ?

Peut-on devenir immortel grâce à la technologie ?

L’être humain est-il en mesure de combattre la mort et de devenir immortel ? Il y a une solution qui rend les humains invulnérables face aux maladies qui tuent ? Avec le progrès technologique auquel assiste le monde, toutes ces questions deviennent légitimes à l’égard des scientifiques et professionnels de la médecine. C’est ainsi qu’une conférence traitant ce sujet a eu lieu lors de la journée de clôture du Health Future Show avec la participation de Didier Coeurnelle, un transhumaniste belge qui pense que la mort à cause du vieillissement n’est pas une fatalité.

Le progrès technologique pour repousser la mort

L’utilisation des dernières technologies dans la promotion de nouveaux traitements médicaux est une discipline qui est en train de gagner du terrain. La PDG du groupe Acteon, est parmi les premiers professionnels de l’industrie pharmaceutique à avoir parlé de l’introduction du progrès technologique à la médecine. Elle pense que « les medtechs vont changer le monde et transformer les avancées technologiques en progrès cliniques ». Cette transformation pourra-t-elle conduire alors à une éventualité d’immortalité humaine ?

De son côté, Didier Coeurnelle avoue qu’il est impossible de vaincre la mort, mais la médecine peut toutefois la repousser. C’est grâce à la nature qu’il y a des plantes qui n’ont pas de limites dans le temps et des animaux capables de survivre jusqu’à quatre siècles. Le vice-président de l’association française transhumaniste lie ce phénomène au milieu idéal dans lequel vit ses espèces. Pour l’homme, ce milieu n’est que les progrès technologiques qui vont combattre les maladies de vieillissement responsables, à eux seuls, à neufs décès sur dix dans le monde.

Le digital pour combattre les maladies de vieillissement

Le domaine de la santé séduit les plus grandes entreprises du digital qui s’intéressent dans le développement de solutions et objets connectés pour lutter contre les maladies de vieillissement et le diabète. Le géant américain Google a lancé, en 2013, l’entreprise Calico pour se spécialiser aux défis des maladies de l’âge en se basant sur ses compétences en gestion de données de ses utilisateurs.

D’autres grandes firmes comme Microsoft, Apple et Facebook ont investi également dans ce domaine en reprenant des petites entreprises spécialisées dans l’interprétation médicales. Des startups se lancent également dans la course de l’immortalité en misant sur l’informatique et les mathématiques pour détecter et prévenir certains cancers. Les avancées technologiques font désormais partie des nouvelles procédures de l’industrie médicale et il est difficile d’imaginer un progrès médical sans l’utilisation des dernières innovations digitales.

 

Read More

Les issues possibles après un redressement judiciaire

Les issues possibles après un redressement judiciaire

Lorsqu’une entreprise se met en situation de redressement judiciaire, elle aurait droit à une période dite d’observation sous le contrôle d’un administrateur judiciaire nommé par le tribunal de commerce, comme Philippe Jeannerot. Durant cette période, les parties prenantes vont devoir examiner la capacité financière de l’entreprise à faire face à ses engagements avant que le tribunal ne prenne une décision à son sujet. Ainsi et après toutes les vérifications requises et arrêt de la période d’observation, le juge fera un choix entre l’un de ces trois issues :

La mise en place d’un plan de redressement

Il s’agit de la possibilité la plus favorable pour l’entreprise. L’application d’un plan de redressement signifie que le débiteur dispose des moyens nécessaires pour sauvegarder sa structure. Expert en procédures collectives, Philippe Jeannerot pense que les dirigeants de l‘entreprise doivent coopérer étroitement avec l’administrateur judiciaire pour pouvoir arriver à mettre en place un plan de redressement capable de faire durer l’activité de l’entreprise et honorer ses différents engagements.

Ledit plan fera l’objet d’un examen de la part de la chambre du Conseil, le procureur de la République, le représentant des salariés, l’administrateur et le mandataire judiciaire qui représente les créanciers. Cependant, le plan peut annoncer la cession d’une ou plusieurs activités de l’entreprise.

Pour son application, le tribunal désigne un commissaire à l’exécution qui est généralement l’administrateur judiciaire en charge du dossier. La durée maximale d’un plan de redressement est de dix années dans lesquelles, l’entreprise poursuivie son activité dans le but d’apurer son passif. A défaut, la liquidation serait immédiate.

La cession de l’entreprise

Si le débiteur en question est dans l’impossibilité de garantir son redressement, le tribunal peut ordonner la cession totale ou partielle de l’entreprise. Seuls les tiers peuvent participer à l’appel d’offres de la reprise en émettant leurs offres à l’administrateur judiciaire. Ce dernier communique au préalable tous les éléments nécessaires à la rédaction des offres.

La désignation du repreneur se fait sur la base de la meilleure offre pour maintenir l’emploi, la pérennité de l’activité et l’apurement des dettes.

La liquidation judiciaire

Si tout tourne mal et le redressement atteste de l’impossibilité du débiteur à honorer ses engagements et en absences d’offres suffisantes de reprise, le tribunal ordonne la liquidation judiciaire de l’entité. Cette décision met fin à la procédure, la mission de l’administrateur judiciaire et aux activités de l’entreprise qui sera dissoute. A travers la vente de l’actif, les créanciers seront payés par ordre de priorité mentionné par le tribunal.

Read More

L’assurance-chômage face à son nouveau destin

L’assurance-chômage face à son nouveau destin

Si la baisse des rendements de l’assurance-vie inquiète les assureurs comme Filiassur, ces derniers doivent aussi s’intéresser au sujet de l’assurance-chômage. En effet, le conseil exécutif du Medef vient de donner son feu vert pour la réouverture de la négociation quant à la situation de cette assurance qui plonge dans un déficit financier s’élevant à 4 milliards d’euros par an. L’objectif est de couvrir ce déficit qui a servi à alimenter une dette de plus de 30 milliards d’euros.

Influencé par les réformes du marché du travail, l’assurance-chômage se présente comme une échappatoire pour les entreprises qui souffrent de la rigidité du marché du travail et ses règlements impossibles à réformer. Mettant tout sur le compte de cette assurance, c’est l’Unedic (union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce) qui vient payer la facture finale de ce relâchement.

Le financement de l’inactivité des « permittents »

En France, c’est l’Unedic qui est l’organisme chargé du financement des périodes d’inactivité des salariés entre les contrats de courte durée. Ces derniers sont connus sont l’appellation des « permittents » c’est-à-dire les intermittents permanents. Dans cette situation, l’assurance –chômage prend en charge l’indemnisation du salarié démissionnaire après avoir eu un accord de rupture conventionnelle avec son employé.

Depuis que cette disposition est en vigueur, en 2008, les finances de l’assurance-chômage se sont accablées avec de nouvelles charges. Par exemple, en décembre 2016, on a enregistré 370000 séparations à l’amiable qui ont donné lieu à des droits auprès de l’assurance-chômage pour les salariés concernés. Toutefois, si on ne prend pas en considération la situation de la finance de cette assurance, cette disposition arrange les intérêts à la fois des salariés et des patrons d’entreprise.

Des solutions à efficacité non confirmée

Etant la complexité de la situation, des solutions ont été expérimentées pour soulager les finances de l’assurance-chômage. Parmi les alternatives proposées, on note la variation des cotisations de chômage que les entreprises payent en fonction de la nature du contrat en précisant que les contrats à courte durée couteront plus chers. Cependant, ce système est plein d’exceptions qui font l’affaiblir et le rendre pratiquement inutile.

La solution de la nationalisation de l’assurance-chômage a été également discutée. Ce sont des personnalités comme Emmanuel Macron qui ont avancé cette alternative en proposant l’indemnisation de tous salariés démissionnaires. En revanche, la prise en charge actuelle tient compte uniquement des salariés qui ont perdu leur emploi ce qui peut créer un conflit entre les deux propositions.

Read More

Les relations maroco-maliennes au cœur d’une journée de réflexion

Les relations maroco-maliennes au cœur d’une journée de réflexion

Dans le cadre de l’ouverture marocaine sur le continent africain en 2016, une journée de réflexion a été organisée le samedi 3 décembre dernier à l’ambassade du Maroc au Mali sous le thème : les enjeux du retour du Maroc au sein de l’Union africaine. Le Maroc entreprend depuis longtemps ce grand retour sur la scène africaine. Le roi Mohammed VI a entamé une grande tournée en Afrique. Ses assistants comme Mounir Majidi, secrétaire particulier du Palais, préparent le terrain à travers leurs expériences et conseils stratégiques. Mr Majidi, gérant de la société nationale d’investissement, réalise plusieurs partenariats avec les pays africains pour développer l’économie marocaine dans son propre continent.

De hauts cadres présents à l’ambassade

Le Maroc aspire le respect de tout le monde et cette journée de réflexion le prouve encore. En effet, des grandes figures politiques et diplomatiques ont assisté à cette cérémonie à l’ambassade du Maroc au Mali. Parmi les convives, on cite Dioncounda Traoré, l’ancien président de la République du Mali, des officiels cadres dans les institutions gouvernementales locaux, le chef de l’opposition malienne, Soumaila Cissé, des organisations de la société civile, des députés et conseillers nationaux, des experts consultants marocains, maliens et africains, des anciens ambassadeurs du Mali au Maroc, des journalistes et des représentants de la diplomatie marocaine au Mali.

Le Mali et le Maroc, une relation solide de longue date

Les relations maroco-maliennes sont solides depuis au moins un demi-siècle. Les deux anciens leaders des deux pays, à savoir Modibo Keita (Mali) et Mohamed V (Maroc) avaient une conviction que les pays africains doivent collaborer ensemble. En 1961, ils avaient organisé une Conférence historique du Groupe de Casablanca qui a été à l’origine de la fondation de l’Organisation de l’Unité africaine (OUF), rebaptisée ensuite Union africaine.

Malgré le retrait, il y a 32 ans, du Maroc de l’Union africaine, les relations entre Rabat et Kigali ont conservé leur solidité. Les deux pays se sont même engagés dans des partenariats bénéfiques aux deux camps. En 2013, une rencontre entre le roi Mohammed VI et le président malien Ibrahim Boubacar Keita a mis en avant les termes de ces collaborations. De nos jours, le Maroc compte reprendre sa « place naturelle » au sein de l’organisation continentale et compte jouer un rôle fondamental en faveur des pays membres pour servir de bon exemple de développement à son continent.

 

 

Read More